Catégories

Avez-vous déjà ouvert un sac de croustilles après une longue journée, pour constater qu’il était simplement rempli à la moitié de sa capacité?

C’est contrariant, mais vous ne vous ferez pas de sang d’encre pour cela.
Maintenant, imaginez que ce sac de croustilles vous a non seulement coûté des milliers de dollars, mais qu’en plus il ne restait que quelques miettes dans le fond. Vous seriez probablement furieux.

Et si je vous disais qu’il est tout à fait possible que ce sac de croustilles métaphorique soit caché dans les petites lignes de votre contrat d’assurance-crédit?

Cas vécu : une entreprise ayant payée sa police d’assurance pendant des années sans AUCUNE protection

Il m’est arrivé plus d’une fois dans ma carrière d’être contactée par des entreprises ayant une police d’assurance-crédit. Un jour, elles font face à la faillite ou au non-paiement d’un client et désirent réclamer.
Elles se rendent alors compte que, malgré qu’elles aient payé des milliers de dollars, elles ne sont même pas couvertes par la police choisie.

Mais pourquoi l’assureur ne nous a-t-il rien dit?

Parce que son travail est de vous vendre l’assurance, pas de s’assurer que vous respectez les bonnes pratiques de crédit pour être admissible.

C’est frustrant, mais c’est la réalité. Le rôle de l’assureur est de vous fournir un produit financier, pas de vous soutenir pour la gestion.

Situations à risque en faisant affaire directement avec l’assureur

Les situations suivantes peuvent toutes mener à des refus de payer de la part de votre assureur.

  • Un client qui pense pouvoir vendre à n’importe quelle compagnie s’il paie ses primes
  • Un client paye sa prime car il veut avoir bonne conscience d’être protégé. Imaginez la frustration quand une réclamation n’est pas recevable car il a failli à ses obligations...
  • La police que vous avez vs la police que vous pensez avoir ne sont peut-être pas exactement les mêmes
  • Une augmentation des commandes de vos clients pourrait bien être assuré pour seulement 50K au lieu des 200k en cours.

Le hic, c’est que vous n’aurez pas conscience de ces situations avant d’essuyer un refus suite à une réclamation. Une perte anticipée de 10 000$ (90 000$ couverts par l’assurance) se transformant en perte réelle de 100 000$...un vrai cauchemar !

La solution ? Un allié stratégique qui s’assure de votre bonne gestion du crédit

Le courtier en assurance-crédit s’assurera que la police à laquelle vous croyez souscrire soit bel et bien la police à laquelle vous souscrivez.
Il ou elle pourra également vous guider afin de s’assurer que votre gestion des comptes clients et du crédit soient exemplaires. Vous n’aurez ainsi pas d’inquiétude face à votre admissibilité dans le cas d’une réclamation.
Bref, le courtier est votre allié stratégique, tandis que l’assureur vous fournit seulement le produit financier. Un peu comme si l’assureur vous vendait une planche à voile, mais que le courtier vous donnait un cours pour vous aider à tenir sur la planche. Sans le courtier, votre planche resterait peut-être dans le garage !

Vous faites affaire directement avec votre assureur? Pas certain si votre assurance est un bel outil ou un cadeau empoisonné?
Il me fera plaisir d'évaluer avec vous la gestion de votre police.

Sophie Côté,

Courtier en assurance
de dommages des entreprises

www.scaci.ca sophie.cote@scaci.ca